Les dernières nouvelles :

  • Les nids sont posés et certains couples sont déjà au nid ! les premières naissances ne devraient pas tarder.
  • Dernier article publié : Le calcium chez les Psittacidés.

Site mis à jour le 17 avril 2021.


élevage perruche Essonne


Présentation de l’élevage :

Qui suis-je ?

Je suis depuis toujours passionnée par les oiseaux. Et aussi loin que je me souvienne il y en a toujours eu à la maison, Tourterelles, Perruches, Faisans, poules, oies…
Ma passion pour les Psittacidés, dont font partis les perruches et les perroquets, est arrivée il y a une quinzaine d’année maintenant.
Mes premières perruches furent des Ondulées, arrivés en 2005. La diversité de mutations de couleurs existant chez ces petites perruches m’a permis d’apprendre la génétique des couleurs (mutations) des psittacidés, et de commencer à faire un peu d’élevage avec quelques couples. La passion à continué de grandir, si bien que les volières se sont multipliées, et de nouvelles espèces sont arrivées. Mon élevage accueille aujourd’hui une dizaine de couples de petites et grandes perruches. Principalement des Australiennes, et depuis 2019 également des espèces Sud-Américaine. Vous pouvez voir l’ensemble des espèces sur la page espèces élevées. Je privilégie maintenant les oiseaux en phénotype sauvage (c’est à dire tel qu’ils sont à l’état sauvage), je ne travaille plus les mutations hormis chez mes Calopsittes.

Je suis membre du CDE (Club des Exotiques), et membre de EPPSA,  association d’Étude et Préservation des Psittacidés Sud Américain.


Comment sont installés et élevés les oiseaux ?

Je suis très soucieuse du bien-être de mes oiseaux et je privilégie au maximum le naturel. Ils sont tous logées en grande volière extérieure et ils passent l’année dehors. Les espèces élevées sont bien acclimatées chez nous et peuvent passer l’hiver dehors sans problème. Il faut toutefois protéger convenablement les volières contre le vent et la pluie, et fournir une alimentation adaptée au fil des saisons. Les volières sont aménagées avec des perchoirs de diamètre et d’essences de bois variées, des cordes en chanvre. Des branchages frais à gruger sont régulièrement ajoutés, et des « piscines » pour la baignade sont à disposition dans toutes les volières. Le sol est laissé naturel en terre ou en sable. Lorsque c’est possible les oiseaux sont mis en colonie.
Voir la page concernant les volières.

Concernant la reproduction, mes jeunes sont EPP c’est à dire élevés par leurs parents, puis laissés avec eux et leur fratrie le plus longtemps possible. Ainsi ils sont parfaitement sociabilisés et ont le temps d’acquérir les codes de communication propres à leur espèce. Pour ces raisons je ne pratique pas l’élevage à la main (EAM). Je pense que cette pratique est à réserver au cas de sauvetages ainsi qu’aux espèces dont l’élevage en captivité est plus délicat. Mes couples élèvent bien leurs petits, je n’ai donc pas la nécessité de recourir à cette méthode.


Pour toutes questions ou demande d’information n’hésitez pas à me contacter via le formulaire contactez-moi.